La pastorale

calendrier de l’avent

période de l’avent

Le temps de l’Avent (du latin adventus, “venue, avènement”) s’ouvre le 4ème dimanche précédant Noël.
L’Avent est la période durant laquelle les fidèles se préparent intérieurement à célébrer Noël, événement inouï, et décisif pour l’humanité, puisque Dieu s’est fait homme parmi les hommes : de sa naissance à sa mort sur la Croix, il a partagé en tout la condition humaine, à l’exception du péché.

Lien vers le calendrier de l’avent
calendrier de l'avent
Dans le cadre des actions du CAP Jeunesse

« Prendre le temps de discerner le sens de sa vie sous le regard de Dieu »

Une journée à Bargemon, ce trésor inconnu 

Quand j’ai répondu à l’appel de Magali, qui me proposait de découvrir le sanctuaire de Bargemon dans le cadre du projet pastoral, je ne me doutais pas de la dimension que cela prendrait auprès de nos jeunes cette année.
Nous avons rencontré les pères Philippe-Marie et Stéphanio au mois de Novembre. Il s’agissait de construire un programme adapté, pour faire découvrir la vie et les richesses de ce sanctuaire à nos lycéens. Date fut fixée au printemps pour découvrir les œuvres et les acteurs de ce lieu que je ne percevais que théoriquement. Il me semblait alors loin et rendu incertain par le contexte, le temps de notre venue.
Pourtant dès mon retour, je « rabattais les oreilles » à chacun de ce projet qui était devenu pour moi une mission.
La première date fût annulée, parce que Bargemon est à « plus de 10 km » de la Seyne sur mer… c’est même au bout de notre monde !
Alors, avec la conviction qu’il fallait que cela se réalise, j’ai demandé à Stéphanio une autre date pour ne pas abdiquer dans cette période restrictive. J’étais désormais portée par l’enthousiasme des nombreux candidats pour l’aventure, jeunes comme adultes.
Le 18 mai, nous partions avec un bus rempli de lycéens, dont certains qui n’étaient pas sur nos listes, mais qui ont tenté leur chance car ils n’avaient pas cours. Ce départ avait un agréable petit goût de désorganisation et de liberté.
A leur arrivée, le projet de la Sainte Vierge allait être dévoilé aux jeunes de Sainte Marie. D’abord ce fût le temps du film, peut-être un peu long après un voyage en car, mais tellement bien monté et tellement prenant.
Et puis, vint le temps de la rencontre avec les franciscains, curieux ovnis en bure marron. Ces jeunes frères témoignent à d’autres jeunes, leur bonheur dans l’amour de Dieu et leur confiance dans l’évangile, socle inébranlable même quand les temps changent. Des jeunes parlent à des jeunes et la glace très vite rompue, laisse place aux blagues et aux rires.
Quant à nos frères chrétiens chassés d’Irak, ils ne laissent personne indifférent et sont encore le sujet de toutes les conversations aujourd’hui. Ils parlent la langue du Christ ! L’araméen, grâce à cette rencontre, est passée du statut de langue morte à celui de langue (sur)vivante. « Ce n’est pas comme le latin madame ! » Les sentiments se bousculent alors chez les jeunes, la tristesse pour leur exil forcé, l’effroi devant la cruauté des hommes en guerre, le réconfort de les savoir en sécurité et confiants en l’avenir.
« La rencontre avec les personnes qui ont reçu une grâce de guérison était aussi très enrichissante, J’ai beaucoup appris de leur vie, de leurs épreuves et bien qu’ils aient vécu des choses horribles, pas une seule fois, ils ne se sont plaints. Ils avaient confiance et nous ont dit de profiter de chaque moment », écrit Laura à son retour.
Loan ajoute, « J’ai vraiment beaucoup aimé cette journée, vraiment très enrichissante, tout m’a vraiment plu, mais la messe plus particulièrement ! »
Nous nous sommes quittés après avoir passé plusieurs heures qui ont paru plusieurs minutes, beau moment de communion partagée entre tous les acteurs de cette journée.
La maman de Camille ajoute « Je laisse à Camille le soin de vous répondre, pour ma part j’ai retrouvé une adolescente heureuse, sortie de sa vie confinée »
Charlotte conclut les retours : « Je me suis sentie protégée et j’ai passé un moment agréable avec le groupe ! Et en plus j’ai réalisé que j’aimerai aller plus souvent à l’église ! »
Notre Dame de Bargemon a donc bien œuvré ce mardi-là du mois de mai…
Marie-Christine Jolivet, Chef d’établissement Ste Marie, La Seyne.

bargemon
bargemon
bargemon
bargemon
Discours du Père Mariste Paddy lors du temps de prière de rentrée 2020

« CONSTRUIRE DES PONTS DE FRATERNITÉ
ET
ÉLIMINER LES MURS DE LA DIVISIONS »

Bonjour à vous tous, jeunes et adultes. Quel bonheur de nous retrouver ici ensemble…
J’étais surpris et très heureux un jour, au petit déjeuner, à la fin du mois de juillet, quand j’ai ouvert le journal « Var Matin » et voilà, devant mes yeux le titre « Le mur des Maristes est tombé », avec le sous-titre « Un futur lieu de détente et d’attente pour tous, promeneurs et élèves » ! Le titre était accompagné par une belle photo de la chapelle prise de l’autre côté de la rue, au début des travaux. Le mur n’était plus là ! Je suis venu le lendemain pour l’admirer de mes yeux ! Le début du nouvel espace, ouvert et élégant, un joli traitement esthétique pour le visage de notre école !
C’était surtout le titre « Le mur des Maristes est tombé » qui m’a frappé. J’aime bien ce titre ! Tout de suite je pensais « quelle belle phrase, pleine de sens, qui évoque tant d’événements et d’expériences vécues ! Tant de sentiments aussi ! Par exemple, vous avez entendu parler du Mur de Berlin qui empêchait les citoyens de sortir, de quitter leur pays pendant de longues années. La chute de ce mur-là était le symbole du commencement d’un monde nouveau. Vous connaissez aussi le Mur de Chine construit autrefois pour protéger le pays. Plus récemment, le mur que M.Trump voulait construire pour empêcher les migrants d’arriver aux Etats-Unis et il y a beaucoup d’autres murs de toutes sortes dans le monde. Malheureusement, trop souvent, ces murs divisent, séparent ou enferment les hommes. C’est la raison pour laquelle j’ai tellement aimé le titre « le mur des Maristes est tombé » ?
Vous avez compris, je crois, que je n’aime pas beaucoup les murs, au moins certains murs ! Surtout les murs de la peur, de la haine ou du racisme. Il y en a encore trop dans le monde. Ce qu’on appelle les murs du silence aussi sont à être abattu, là où on voit l’injustice ou le harcèlement.
On peut trouver beaucoup d’inspiration dans les appels du Pape François et je voudrais vous partager quelques-uns. Par exemple, quand il fait appel souvent aux jeunes à « construire des ponts de fraternité et éliminer les murs de division », et il dit aussi : » nous avons besoin de ponts et non des murs ». Profitons donc cette année de ce bel espace pour (je cite) « favoriser une ambiance de rencontre qui peut faire tomber les murs qui divisent encore le monde, tous les murs de la peur, de la haine et de créer autour de nous des espaces réels d’une authentique fraternité ».
Voilà notre défi pour l’année, de vivre comme famille mariste, fidèles au modèle de la vie audacieuse et généreuse et humble de Marie, notre Mère. Le fondateur des maristes, le Père JC Colin disait à tous les maristes: « Soyez des gens de la bonne humeur. Donc regardez les autres avec bienveillance, parce qu’ils sont des frères et des sœurs, et pas des ennemis. Ensemble, allons faire tomber les murs qui blessent les hommes, et construire ici dans notre école, des ponts (liens) d’amitié et d’unité ».
Bonne rentrée à tous !
Père mariste Paddy

actualité maristes

La Pastorale

Dans le cadre de notre accompagnement, l’équipe de la pastorale met tout en oeuvre pour continuer le suivi des élèves inscrits à l’aumônerie. Dans ce sens, l’ISM vient d’ouvrir un site spécifique à la pastorale.

Lors du Concile Vatican II, il a été affirmé que : « Le caractère propre de l’enseignement catholique est de créer au sein de la communauté scolaire une atmosphère animée d’un esprit évangélique de liberté et de charité, d’aider les adolescents à développer leurs personnalités, et finalement d’ordonner toute la culture humaine à l’annonce du salut de telle sorte que la connaissance graduelle que les élèves acquièrent du monde de la vie soit illuminée par la foi ». Cette vie spirituelle parait indispensable pour construire l’Homme. Le regard que l’on porte sur soi, puis sur l’autre, la considération de son état, de sa destinée, tout cela finalise le projet d’existence humaine et doit fournir les moyens de se situer dans le monde, dans la société et de donner un sens à la vie.

Une pédagogie adaptée 

Nous voulons que les propositions de l’aumônerie, comme formation spirituelle, soient adaptées à chaque âge.
Au collège, nous proposons des petits groupes d’aumônerie dans lesquels les jeunes cheminent pendant leur scolarité, cette pastorale fonctionne grâce à l’aide des bénévoles extérieurs à l’établissement ou faisant partie de l’équipe éducative de Sainte-Marie.
Des temps forts ponctuent l’année, un pèlerinage à Lourdes est proposé à partir de la 4ème pendant les vacances de la toussaint, ainsi qu’une retraite à la Sainte Baume.
Une campagne de Carême est proposée à tous pour sensibiliser les jeunes au partage.
Les lycéens pourront participer à un temps de retraite au moment des vacances de Février à Taizé.
A tout âge, nous sommes attentifs à ceux qui désirent recevoir un sacrement. Il est possible, au sein de notre établissement de préparer le baptême et la première communion. La confirmation est proposée aux élèves de 6èmes, et afin respecter tous les cheminements, le sacrement de confirmation est proposé aussi aux 3èmes.
Les lycéens sont tous invités à vivre une proposition pastorale qui cherche à les rejoindre dans leurs questionnements d’adulte en devenir, tant humainement, intellectuellement, que spirituellement. Notre mission pastorale prend toute sa dimension dans ces ateliers.

D’autres ateliers sont proposés à tous les jeunes de Seconde et de Première. Pour la grande majorité de ces ateliers, ce sont des professeurs ou des éducateurs qui portent ces ateliers sur les questions du sens de l’existence humaine et sur la compréhension du monde contemporain. Mais d’autres sont à l’initiative de parents d’élèves bénévoles ayant des compétences ou des connaissances spécifiques qu’ils mettent à disposition des élèves.
Et pour les Terminales de l’Institution Sainte Marie, la proposition est un « café Pasto » à l’heure du déjeuner, opportunité de se réunir autour d’un café pour échanger autour d’un thème différent sur proposition des élèves ou en fonction de l’actualité.
Au cœur de la réalité scolaire, le projet d’animation pastorale rejoint toutes les dimensions de l’établissement dans sa tâche éducative, dans son travail d’enseignement, et dans sa proposition de la foi :
Faire grandir la personne dans toutes ses dimensions.
Être transversale à l’ensemble des projets.
Être présente dans toutes les sphères de la vie scolaire.

La formation

La vie à tous les niveaux (famille, école, Église, société) étant en mutation, la rencontre des enfants et des jeunes implique une formation permanente.
Formation des animateurs :
Les animateurs qui s’engagent à l’aumônerie ont donc besoin de se former. Au-delà de l’acquisition de connaissances nécessaires, il s’agit, par le dialogue et l’échange, de garder une foi vivante.
Dans cette optique, la formation nous semble nécessaire sur plusieurs plans :
– d’abord une approche psychologique : connaissance des différents âges (jeunes enfants, adolescents).
– la découverte de méthodes pédagogiques adaptées et un apprentissage de l’animation des groupes.
– une formation théologique de base, et une formation biblique. Formation des A.P.S. (animateurs en pastorale scolaire) :
Conformément aux orientations pastorales de l’enseignement catholique, les permanents reçoivent une formation reconnue par le diocèse, la région apostolique ou les facultés de théologie.

Orientation pastorale

Demande de
catéchiste

Les groupes de catéchèse ne peuvent exister que parce que des parents se portent volontaires pour les prendre en charge. La crainte de ne pas « être à la hauteur » risque de vous retenir.
« Soyez sans crainte », les parcours sont préparés à l’avance avec les A.P.S., chaque semaine, avant la rencontre avec les groupes.
Si vous osez prendre ce risque, vous vous apercevrez qu’en plus d’un service capital rendu aux enfants, vous en tirerez pour vous-même, un grand profit. Le témoignage de ceux qui l’ont fait, ne permet pas d’en douter.
Pour tous renseignements complémentaires, vous pouvez téléphoner à Mme Anne-Sophie POLAK. Les Pères Maristes accompagnent l’équipe pastorale.

en savoir plus!